Le marché de l’édition numérique est-il en chute ?

La question est sur les lèvres de tous les professionnels du secteur : le marché de l’édition numérique connaît-il un ralentissement ? Alors que les chiffres-clés du secteur du livre en Belgique viennent d’être publiés, la question s’est posée lors de la conférence Readmagine qui s’est tenue au mois de juin dernier à Madrid, rassemblant des distributeurs de livres numériques venus des quatre coins du globe. Deux phénomènes contraires ont lieu actuellement sur le marché ; ils pourraient expliquer la légère baisse des ventes ebooks, tandis qu’un nouveau support émerge : le livre audio.

D’aucuns s’interrogent à l’heure actuelle sur la situation du secteur de l’édition numérique : ce marché a-t-il encore un avenir ? Le livre numérique va-t-il finir aux oubliettes ? En effet, le marché des ebooks est aujourd’hui devenu ce que l’on appelle une industrie mature pour certains pans de son activité, par exemple la fiction, tandis que le marché de la BD reste encore peu exploré. Mais qu’est-ce qu’une industrie mature ? Un secteur arrive à maturité lorsqu’il connaît, après une forte croissance et un pic liés à une innovation, un déclin progressif :

ND_graphique

Selon Porter Anderson, rédacteur en chef de Publishing Perspectives (États-Unis) qui s’est exprimé lors des rencontres Readmagine, le marché des ebooks aurait entamé sa phase de déclin depuis début 2018, bien qu’il s’agisse seulement d’une légère baisse jusqu’à présent. Cette diminution représente le phénomène le plus notable observé sur le marché du livre numérique à l’heure actuelle, phénomène qui concerne n’importe quel marché ayant connu une innovation : après une période de forte croissance, le marché ralentit.

Cependant, toujours selon M. Anderson, ce phénomène semble atténué par le fait que le secteur de l’autoédition n’est pas pris en compte dans les chiffres de ventes des distributeurs : or son importance est croissante et non négligeable. Pour rappel, nous vous présentions déjà le succès grandissant de ce nouveau mode de publication ici. Ce deuxième phénomène en cours sur le marché de l’édition numérique pourrait donc bien compenser la baisse des ventes d’ebooks, mais nous manquons encore d’informations chiffrées pour vérifier cette hypothèse. À cela s’ajoute le problème, crucial et frustrant, de la non-publication des chiffres de vente par les revendeurs tels qu’Amazon.

ND_audiobook

En parallèle, les regards se tournent à présent vers les audiobooks. Comme nous l’abordions ici, le marché de l’audiobook connaît une forte croissance depuis quelques mois. Cette pratique, déjà fort usitée sous la forme de podcasts dans le cadre d’enregistrements de conférences ou de cours universitaires par exemple, commence à s’étendre à la fiction : de plus en plus de romans, livres pour enfants, nouvelles ou poèmes sont aujourd’hui disponibles dans ce format. Les audiobooks pourraient ainsi prendre le relais dans la manière dont le contenu créatif est réceptionné par les lecteurs numériques : le contenu reste le même, mais sera distribué sous un autre format (MP3) et consommé sur un autre support (par exemple via l’objet connecté Alexa d’Amazon).

En France, selon un récent baromètre d’usage du livre numérique réalisé du 7 au 26 février 2018 sur un échantillon de 2000 répondants, les lecteurs numériques commencent à adopter le livre audio :

  • 12 % des répondants ont déjà écouté un livre audio ;
  • 45 % des lecteurs de livres numériques ont écouté au moins un livre audio dans l’année ;
  • on dénombre quasiment autant de femmes que d’hommes, de 15 à 34 ans, qui écoutent des livres audio.

Quand on sait qu’il existe plus de 10 millions de lecteurs numériques en France (selon les données de la Sofia, le SNE et la SGDL) et que ces derniers sont de plus en plus technophiles, l’audiobook pourrait bientôt voir ses chiffres de ventes décoller auprès d’un public jeune et connecté.

L’audiobook semble donc confirmer sa phase de croissance dans l’industrie de l’édition numérique et pourrait bien amener un vent de fraîcheur et de renouveau sur ce marché. Toutes les maisons d’édition pourraient s’affairer dans les prochains mois à transposer leurs récits écrits en récits oraux, tandis que les distributeurs mettraient en place les supports nécessaires à la distribution de ce nouveau format. Que l’on se rassure, une nouvelle phase d’innovation et de croissance est en train d’émerger dans le secteur de l’édition numérique et l’équipe de Lettres Numériques la suit de près.

Ailleurs sur Lettres Numériques :

Retrouvez Lettres Numériques sur TwitterFacebook et LinkedIn.

— Rédaction

Share Button