Les profils de lecteurs de livres numériques, 2 analyses

Il y a quelque temps, Hubert Guillaud reprenait sur  LaFeuille des données évoquées lors d’une conférence des dirigeants de Kobo faisant état de 4 types de clientèles identifiées. SoBookOnLine a pour sa part traduit des données que la librairie italienne Book Republic a publiées concernant sa clientèle. Celle-ci a également dressé 4 types de profils, quelque peu différents de ceux de Kobo mais pas tant que ça.

Hubert Guillaud: « Des données qu’ils analysent quotidiennement, Michael Tamblyn et son équipe proposent de dresser 4 profils de lecteurs:

1. Les lecteurs sur liseuse
C’est le segment de clientèle le plus apprécié. Et pour cause. Ce type de lecteur dépense 35$ en moyenne (des dollars canadiens, attention) a sa première visite, puis 20 à 25$ chaque fois qu’il revient sur la boutique, en moyenne 7 fois par mois! Ce sont des lecteurs continuels. Ils lisent de la fiction. Ils vont être des clients de longue durée. Ils payent 100% de ce qu’ils lisent. Leur mode de lecture passe par le web, mais surtout via la liseuse Kobo. Chez ces clients là, la consommation de livre électronique s’accélère, dans le temps ainsi qu’à mesure que de nouveaux clients rejoignent la plateforme (un primoclient de février 2011 consomme plus qu’un primoclient de mai 2010). Pourquoi est-ce que ça marche aussi bien? Michael Tamblyn pense que c’est lié au fait qu’ils séduisent là un public de lecteur assidu, qui est motivé par l’amélioration des applications, des systèmes de recommandation et de commercialisation. Mais surtout, ce sont de meilleurs consommateurs de livres que les autres.

2. les lecteurs sur petit écran (smartphone)
En nombre, c’est le plus grand segment d’utilisateurs de Kobo. Ils achètent moins fréquemment et sont des clients qui dépensent moins que ceux qui consultent des livres sur un écran plus grand. A leur première visite, ils dépensent en moyenne 15 dollars. Ils font en moyenne une visite par mois et dépensent 7 dollars à chaque fois. Ils consomment surtout les contenus via leurs iPhone. Leur conversion est assez faible: c’est visiblement pour Michael Tamblyn, le moins bon canal de vente (peut-être aussi parce que Kobo a d’autres concurrents sur ce secteur). Ce sont des clients volatils (taux de désabonnement élevé) qui ont plutôt tendance à acheter de la romance qu’autre chose. Ce sont des consommateurs qui consomment à la fois des titres gratuits et des titres payants.

3. Les mondains de l’iPad
Ce segment n’est pas aussi intéressant que le premier. Ils dépensent en moyenne 22$ à la première visite. Ils achètent presque fréquemment: ils dépensent en moyenne 16$ par commande et font en moyenne 4,5 commandes par mois! Depuis décembre 2010, ils bénéficient de l’application Reading Life, dotée de fonctionnalités sociales.

Et cette application a des effets importants: les gens qui l’utilisent et la connectent à leur compte Facebook passent 33% de temps en plus dans l’application. Cette application permet d’obtenir des statistiques de lectures plus précises montrant ainsi que les lecteurs du soir lisent plus que ceux qui lisent tard dans la soirée, depuis leur lit. Les lecteurs qui ont lu au cours de la journée (déplacement, repas…) passent plus de temps à lire ensemble. Les utilisateurs montrent également qu’il y a plus de lecteurs en soirée que de lecteurs en journée, par contre, les gens achètent principalement des livres électroniques entre 20h et minuit !

4. Le freegan
Le freegan (je ne sais pas comment traduire cela) ne dépense pas d’argent pour ses livres électroniques. Il les veut gratuitement. Le web est sa source première. Il dispose de plusieurs objets électroniques et cherche du contenu gratuit à charger sur chaque. Tous les utilisateurs qui lisent des livres électroniques gratuits ne sont pas des freegans, certains sont des paygans. Ces clients ont en moyenne quelques livres gratuits: 1 à 2. Les vrais freegans ont en moyenne 9 livres gratuits dans leur bibliothèque électronique et ils passent du temps à chercher activement des livres gratuits. Ils sont “scandaleusement” résistants à la commercialisation.

La conclusion de Michael Tamblyn est simple. Les données collectées servent à améliorer l’expérience de lecture de l’utilisateur. “Et c’est en connaissant mieux ses lecteurs qu’on va pouvoir améliorer les ventes”. CQFD. En tout cas, il a montré qu’il existait bien bien différentes catégories de lecteurs de livres électroniques, avec des comportements d’achats et de lectures différents et que ce comportement semble corrélé aux supports que les consommateurs utilisent. »

Book Republic a, pour sa part, choisi de baser son analyse sur la comparaison entre types de lecteurs et animaux. C’est SoBookOnline qui nous en livre la traduction:

« Le lion (6,5 % des clients)

C’est un dévoreur de livres. Insatiable, il se nourrit de tout ce qu’il trouve à sa portée : des classiques, des nouveautés, des titres rares ou des best-sellers. Il digère rapidement les livres qu’il lit et se montre toujours prêt pour un nouveau repas. La technologie, pour lui, est au service de la lecture.

Le lynx (22 %)

Elégant, raffiné et rapide, il déteste perdre son temps avec les bannières publicitaires qui le distraient. Même si son territoire est plus restreint que celui du lion, le lynx ratisse large et aime une grande catégorie de livres. La lecture et le livre papier, autant que la technologie, lui procurent du plaisir.

Le renard (53 %)

Tout le monde n’a pas l’appétit des grands félins. Le petit renard est rusé : il est à l’affût des bons plans et de réductions. Il lit de tout, pour peu qu’une bonne occasion se présente. Chasseur nocturne, le renard rentre dans une période de sommeil léthargique, une fois consommé son festin…

La hyène (18,5 %)

La hyène reste une hyène : elle chaparde, ne se nourrit que de livres numériques gratuits. Affamée, dans l’ombre, la hyène n’a pas encore conquis son espace numérique… »

A coté de ces sympathiques métaphores, vous pourrez également consulter les chiffres précis ici.

Et vous, quel animal êtes vous ?

Cette entrée a été publiée dans Auteurs, Bibliothécaires, Diffuseurs/Distibuteurs, Editeurs, En chiffres, Journalistes, Lecteurs. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.