Livre papier vs livre numérique : lequel est le plus écolo ?

A lire : l’article du site Conso-globe qui compare l’empreinte écologique de la fabrication d’un livre papier et de celle de liseuses et d’e-books…

En quelques chiffres, voilà ce que ça donne :

Equivalent carbone :

  • 7,5 kg pour le livre papier (si on prend en considération toute la chaîne et le transport)
  • 130 kg pour un Ipad d’Apple (pendant tout son cycle de vie) et  168 kg pour un Kindle.
  • Ainsi, pour avoir une empreinte carbone équivalente, il vous faudra lire au moins 18 livres sur votre Ipad et au moins 23 livres sur votre Kindle. Les lecteurs friands de livres numériques en achetant environ 3 par mois, à cette allure, le quota est vite atteint (6 mois en moyenne)
Mais à ce sujet, les avis divergent. Pendant que les uns estiment que l’empreinte écologique du livre numérique est, à la longue, moins importante, d’autres comme le cabinet Carbone 4 avancent d’autres chiffres.  Selon le cabinet, un ouvrage papier engendrerait la production d’1 seul kg d’équivalent CO2 (et pas 7,5) quand le support numérique en engendrerait 250. Un français lisant en moyenne 16 livres version papier par an, il lui faudrait donc près de 15 ans pour compenser le bilan carbone de sa liseuse numérique.

La consommation d’eau

  • 27 litres d’eau pour produire un livre papier,
  • moins de 500 ml pour fabriquer un e-book. Par contre, 300 litres d’eau sont nécessaires à la fabrication d’une liseuse.

A partir d’une douzaine d’e-books, on peut commencer à économiser de l’eau

Les matières premières

  • 20 millions d’arbres engloutis par l’industrie de l’édition et 1 page sur 5 provient encore d’une forêt ancienne.
  • plus de 70 % des impacts du livre sur l’environnement sont dus à la fabrication du papier et de la pâte à papier.
Mais heureusement, les éditeurs français conscients des catastrophes liées à la déforestation utilisent de plus en plus de fibres de bois issu de forêts gérées (PEFC et FSC)
  • le talon d’Achille du livre numérique : le plastique nécessaire à la fabrication de liseuses n’est pas recyclé,
  • les matériaux chimiques employés sont très nocifs
  • et les liseuses sont équipées de batteries au lithium, véritable poison pour l’environnement.
Selon Sylvain Angerand, de l’association des Amis de la Terre« Les produits technologiques nécessitent l’extraction de minerais précieux comme le coltan, le lithium ou les terres rares pour accroître la durée de vie des batteries, augmenter leur rapidité ou pousser la miniaturisation à l’extrême. Or l’exploitation minière est une cause majeure de déforestation, et plus généralement de destruction des écosystèmes. »
Le New York Times dans son article « How Green is My Ipad » avance que 15 kg de minerais sont nécessaires à la production d’une liseuse numérique contre 300 grammes pour un livre papier (si l’on prend en considération le gravier nécessaire à la construction de routes pour l’acheminement du livre pendant toutes ses étapes de fabrication).

Pour lire l’article dans son intégralité : cliquez ici

Source : Consoglobe


Cette entrée a été publiée dans En chiffres, Lecteurs, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.