Les prochains défis de l’édition numérique selon les distributeurs

Les acteurs du livre numérique 3/6 Suite de notre galerie de portraits des acteurs du numérique. Dans le cadre de la conférence Readmagine qui s’est tenue en juin dernier, des e-distributeurs venus du monde entier ont été interrogés sur la question suivante : quel est le plus grand défi auquel est confrontée l’industrie du contenu numérique aujourd’hui ? Lettres Numériques vous livre une synthèse de leurs réponses.

Véritable intermédiaire entre l’éditeur et le lecteur final, le distributeur numérique agit dans l’ombre pour mettre des catalogues à disposition des libraires revendeurs d’ebooks. Quels défis attendent cet acteur désormais bien implanté dans le secteur de l’édition ? Des spécialistes nous répondent.

Kazuyuki Masuda, directeur exécutif de VIZ Media Europe : l’expérience utilisateur avant tout

Pour le directeur de Viz Media Europe, société aux multiples casquettes spécialisée dans l’édition de manga, mais aussi dans la production et la distribution de DVD, dans la diffusion télévision sur les plateformes digitales et la distribution de musique et de longs métrages, le principal défi consiste à imaginer des boutiques de vente en ligne qui soient « faciles d’utilisation, comme c’est le cas avec d’autres secteurs de l’industrie culturelle. C’est la meilleure façon d’augmenter les ventes des ebooks, mais aussi des livres papier. »

Luc Bourcier, directeur d’Izneo (France) : la visibilité et la lutte contre le piratage

Pour le directeur d’Izneo, première plateforme de diffusion de bandes dessinées numériques, il existe deux grands défis à relever pour permettre au marché de continuer à se développer. Le premier, c’est la lutte contre le piratage, « endémique dans certains pays où mangas et bandes dessinées sont disponibles sur n’importe quelle plateforme illégale ». Le deuxième consiste à mieux se faire connaître par les utilisateurs. En effet, explique Luc Bourcier, « beaucoup d’entre eux ne savent même pas qu’il est possible de lire une BD numérique sur les supports existants (smartphones, tablettes) », tout aussi efficaces qu’une liseuse.

izneo

Giuseppe Ciancia, rédacteur en chef de Verticomics (Italie) : convaincre l’éditeur et le lecteur

Pour le rédacteur en chef de Verticomics, distributeur de bandes dessinées numériques, le défi principal consiste à convaincre les partenaires, soit les éditeurs, que l’édition numérique représente l’avenir, et d’être en position de force lorsque ceux-ci se décideront à sauter le pas. La démarche doit aussi avoir lieu du côté de l’utilisateur : il faut convaincre les fans de BD qui aiment collectionner et lire leurs ouvrages en papier que « le numérique présente de nombreux avantages, notamment celui de pouvoir emporter ses BD partout avec soi ».

Tuomas Sorjamaa, responsable acquisition pour Kaiken Entertainment (Finlande) : s’adresser à la nouvelle génération

Pour Tuomas Sorjaama, responsable acquisition chez Kaiken Entertainment, une société spécialisée dans la narration (télévision, cinéma, produits numériques), les objectifs à atteindre dépendent beaucoup du territoire : dans certains pays, c’est un fait, une certaine population a commencé à consommer du contenu digital sur smartphone, contrairement à la génération précédente, alors que dans d’autres pays, souvent moins développés, les jeunes commencent seulement à découvrir et adopter ces nouvelles habitudes. « La nouvelle génération a grandi avec Internet et le numérique, ils ont une façon différente de l’appréhender. C’est à la fois une opportunité et un défi pour les distributeurs : proposer de nouveaux contenus, mais aussi de nouvelles façons de faire le meilleur usage possible des technologies, et le faire entendre au consommateur. »

Jesus Vega, conseiller stratégique pour Vivlium (Espagne) : s’adapter à un monde de plus en plus visuel

Pour Jesus Vega, qui travaille pour la plateforme d’apprentissage en ligne Vivlium, il importe de « changer notre propre mentalité : nous sommes encore très installés dans le monde de l’analogique et de l’imprimé. Celui-ci ne disparaîtra pas, mais il revêtira sûrement d’autres formes, alors que le visuel semble peu à peu supplanter l’écrit. Dans le train ou le métro, les gens ne lisent plus seulement le journal ou un livre, mais sont aussi sur leur smartphone, sur Instagram et les réseaux sociaux. »

Roger Domingo, directeur exécutif de Planeta (Espagne) : l’importance du marketing digital

Roger Domingo, qui travaille pour Planeta, le groupe leader de l’édition et de la communication en Espagne, nous parle des cours en ligne : « Il y a une nécessité pour les éditeurs de pouvoir distribuer correctement les cours en ligne. » D’où l’importance du marketing digital : il doit aider à « convaincre l’auteur que la version en ligne de son ouvrage est tout aussi importante que l’original, et cela suppose de concevoir les outils marketing ad hoc. »

libranda2

Arantza Larrzuri, directrice exécutive de Libranda (Espagne) : aller au-delà de l’ebook

La directrice de Libranda, qui se revendique comme le premier distributeur d’ebooks en Espagne, pose la question dans ces termes : comment exploiter non seulement la production et la distribution, mais aussi le contenu, la propriété intellectuelle des auteurs, plus seulement au format papier, numérique, mais aussi dans un format audiovisuel, ludique ? Pour Mme Larrzuri, il faut développer une stratégie d’hypermédia et dépasser la simple distribution de livres numériques et audio afin que l’industrie puisse se développer. Son objectif ?  « Utiliser le contenu de livres non fictionnels censé être exploité au format papier ou numérique, et transformer le message de l’auteur en contenu audiovisuel destiné à l’apprentissage, puis distribuer ce contenu sur toutes les plateformes d’apprentissage à travers le monde. » Le travail auprès des auteurs est essentiel dans ce processus. « Ils doivent prendre conscience que leur savoir peut se diversifier et être utilisé pour d’autres formats. »

Rüdiger Wischenbart, auteur du Global ebook Report : tenir compte de tous les canaux

Pour l’auteur du Global ebook report, qui rapporte chaque année les tendances du marché, l’éclatement des canaux d’acquisition et de recommandation (plateformes de distribution numérique, réseaux sociaux, etc.) est un phénomène qu’il faut absolument prendre en compte. « Aujourd’hui, nous avons un accès parallèle, simultané qui traverse les médias, les formats, les marchés, les territoires, suite à l’évolution des pratiques des consommateurs. Il ne suffit plus de distribuer un format via un canal, comme les livres sur les plateformes de vente en ligne, il faut être présent dans tous ces médias, ce qui rend l’entreprise bien plus compliquée. C’est le principal défi des prochaines années. »

Pour accéder à l’intégralité des interviews (en anglais et en espagnol), rendez-vous ici.

Retrouvez Lettres Numériques sur TwitterFacebook et LinkedIn.

— Rédaction

Share Button