Allemagne : partenariat de numérisation entre éditeur et bibliothèque publique

De Gruyter, éditeur allemand historique de publications universitaires, s’est lancé en 2017 dans une vaste opération de numérisation de ses titres de fonds et s’associe aujourd’hui à la bibliothèque d’État de Berlin pour poursuivre cet effort.

Il y a tout juste un an, De Gruyter, éditeur allemand qui fait paraître chaque année 1 300 nouvelles publications universitaires dont la moitié en anglais, s’était lancé le défi de numériser 50 000 titres d’ici 2020, pour répondre à une demande qu’il décrivait comme « mondiale ». La maison d’édition est en bon chemin pour remporter son pari, puisque ce sont déjà environ 10 000 titres épuisés qui ont été numérisés, dont certains publiés pour la première fois au 18e siècle. Parmi les précieuses œuvres désormais disponibles en ligne, on peut citer Les Contes de Grimm, ou bien les Structures syntaxiques de Noam Chomsky. Les ouvrages peuvent être achetés sur le site au format ePub ou bien imprimés à la demande avec couverture cartonnée.

Pour poursuivre et amplifier son effort de numérisation, De Gruyter a annoncé fin août son association avec la Bibliothèque d’État de Berlin. La directrice générale de la bibliothèque, Barbara Schneider-Kempf, s’est réjouie dans un communiqué de ce partenariat : « Compléter le catalogue d’un éditeur, cela ne peut qu’avoir un effet positif sur la recherche dans le domaine de l’histoire des sciences. » Sur le site de De Gruyter, un autre communiqué salue l’importance de cet accord « pour garantir la sauvegarde de 270 années de contenu historique, culturel et scientifique d’une grande valeur. »

Selon un article publié par Emma Warren-Jones sur le site à la fin du mois de juillet, cette volonté de puiser dans les publications scientifiques passées pour faciliter les découvertes futures est grandissante en Europe. Pour Amy H. Chen, bibliothécaire à l’Université de l’Iowa, « il y a un besoin croissant de documents d’archives » dans le domaine de la recherche universitaire : les historiens sont bien sûr les premiers concernés, mais les étudiants dans diverses disciplines se tournent également de plus en plus massivement vers des documents anciens pour leurs travaux. Face à cette demande, « le nombre de projets d’archives numériques n’a cessé d’augmenter en Europe », explique Gregor Neubock, et ils impliquent une collaboration étroite entre tous les acteurs, comme en témoigne le partenariat entre De Gruyter et la bibliothèque d’État de Berlin. La numérisation des archives permet en effet un accès immédiat à distance et l’étude des textes est facilitée par la fonction de recherche automatique.

Ailleurs sur Lettres Numériques :

Retrouvez Lettres Numériques sur TwitterFacebook et LinkedIn.

— Rédaction

Share Button